Bienvenue au premier planétarium mobile de Corse


Corse Matin du 20 avril 2018 par Isabelle Volpajola


Il ressemble un peu à un igloo, mais en beaucoup plus foncé. Son diamètre : 5 mètres. Sa hauteur : 3,20 mètres. Sa capacité d'accueil : 20 à 25 personnes pour des séances allant de 20 à 40 minutes. Le premier planétarium  mobile de Corse va effectuer sa sortie inaugurale mardi prochain. Ou plutôt sa rentrée. L'évènement aura lieu dans la maison du temps libre de Travu où il sera présenté par son heureux propriétaire Alexandre Germani, de l'association Corse Constellation, le club d'astronomie de la Costa Serena.
 
Un baptême dont les enfants de l'ALSH l'Arghjetu de Vintisari auront la primeur dans la matinée. L'après-midi, le public est invité à aller voir de plus près le spécimen. Les plus chanceux - ou les premiers arrivés - pourront pénétrer sous le dôme et s'élever - virtuellement bien sûr - jusqu'à la voûte céleste. "C'est bien sûr le premier planétarium mobile numérique de l'île. Et je suis particulièrement fier de le faire découvrir ici, dans le Fium'Orbu" se réjouit Alexandre Germani. La structure, qui se gonfle à l'air pulsé via une turbine, est associée à un ordinateur et à un projecteur qui me permettent de diffuser le ciel. Je me suis équipé de logiciels pédagogiques pour petits et même tous petits ! et grands. J'organiserai des animations à thème et des projections de documentaires à 360°".

Un dôme va sillonner l'île

Pour acquérir ce petit bijou de technologie, l'insatiable animateur de Corse Constellation a investi presque toutes ses économies, faisant également appel au confounding familial. Quelque 30000 euros ont en effet été nécessaires pour acheter le dôme et les logiciels afférents. son but aujourd'hui ? Sillonner la Corse avec son planétarium pour permettre au public de toucher les étoiles, les planètes et les galaxies. "Je présenterai plusieurs programmes, allant de la vulgarisation de l'astronomie à des séquences plus pointues. Comme dans tous les planétariums, il y a aussi une part de rêve et d'émerveillement. Sauf que celui-ci peut s'installer à peu près l'importe où, dans les salles des fêtes des villages par exemple" développe Alexandre Germani. "C'est un matériel relativement fragile, que l'on ne peut donc pas installer dehors. L'atmosphère, à l'intérieur, est un peu particulière, en raison de la pressurisation. C'est pour cette raison que les séances sont limitées dans le temps et à un nombre réduit de personnes". S'il se dégonfle aisément et assez rapidement, pour le démontage, c'est une autre histoire. Le dôme se plie un peu comme un parachute et nécessite autant de délicatesse et de patience. S'il va faire mardi sa première sortie officielle, le planétarium a déjà été testé par Alexandre Germani. La première fois, dans un des hangars de l'aéroclub d'Alzitone avec Patrice Mary, la seconde fois dans la salle des fêtes de Poggio di Nazza. Les deux essais étaient concluant. "C'est un outil très performant et un concept innovant dans l'ile. J'ai déjà été contacté par collectivités, des associations et des organismes pour aller le présenter. Je suis par exemple invité au mois de juin au salon du numérique d'AJaccio", précise celui qui est tombé dans l'astronomie quand il était tout petit. Depuis, Alexandre Germani multiplie les initiatives pour partager sa passion de l'espace. "Je suis maintenant très bien équipé pour observer les étoiles et le soleil. Le petit observatoire, un projet qui me trotte dans la tête depuis longtemps, sera bientôt prêt" conclut-il. En attendant, bienvenue au premier planétariumo numérique mobile de Corse.
 







resa.jpg resa.jpg resa.jpg